Qui sommes nous ?
Documents et formulaires
Infos, communiqués
et brèves
Infrastructures
ERJ
Accidentologie
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
177 Abonnés
Réseaux sociaux
Infos Webmestre
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Publication
Responsable de publication :
Philippe Leduncq
coordinateur de la FFMC80




Rédacteur


Nombre de membres0 rédacteur
Rédacteur en ligne : 0
Editos - Edito "Manif du 23 octobre 2010"


Manifestation nationale le 23 octobre !

« Qui brasse du vent récolte la colère »

Dernière minute
Manifestation à Paris confirmée avec heure de RDV avancée à 10h00

onsebouge.jpg


Après concertation entre les antennes, il a été décidé de maintenir la manifestation à Paris.
La situation d'approvisionnement des stations-services semble s'améliorer progressivement même s'il faut souvent faire preuve de patience pour se ravitailler et les stations d'autoroute sont moins affectées, hors gazole. Mais afin d'anticiper sur les temps de ravitaillement, et de tenir les horaires de rendez-vous sur Paris, nous avons aussi décidé d'avancer dune heure le RDV à la Hotoie. Soyez donc présents dès 10h00.
Quelques recommandations :
- Faites le plein avant de nous rejoindre. Cela vous évitera de devoir vous arrêter en cours de route et de prendre des risques inutiles pour rattraper le cortège ensuite.
- Prévoyez un casse-croute et une bombe anti-crevaison.
- Si vous ne connaissez pas bien Paris, une carte et un plan ou un GPS pourront vous être utiles si vous perdez le cortège.
- Lors de la manif, pensez à regarder dans vos rétros afin de laisser passer les encadrants qui remontent le cortège.
- Ne laissez pas d'espace propice à l'intrusion de véhicules extérieurs à la manifestation.

Un arrêt essence est prévu à l'aller sur l'aire de Ressons-sur-Matz. Le temps sera compté, donc merci de ne pas encombrer inutilement les pistes si vous n'en avez pas besoin et de les libérer pour les suivants dès que votre plein est fait.
Pour le retour, un arrêt est prévu à la 1ère station de l'A1 sur l'aire de Vemars qui sera aussi le point de RDV du retour pour permettre à ceux qui se seraient perdus de rejoindre le cortège mais il nous est impossible d'en préciser l'heure.

Le parcours prévu jusqu'à l'échangeur A1 de Roye (un peu plus de 50 km) est, au départ de la Hotoie : Boulevard des Fédérés, (à gauche) Place du Maréchal Foch, (à droite) Avenue Foy, (à gauche au rond-point) Carrefour de la Liberté, Boulevard de Châteaudun, (à droite) Avenue du 14 juillet 1789/D1001 (route de Paris), (à droite) Rond-point après Auchan, (à gauche puis serrer à gauche) Entrée rocade direction Paris-est, Sortie 51 direction Roye
virage à droite serré puis D934 (2x2 voies) jusque l'échangeur A1 de Roye, point de ralliement avec le cortège des FFMC 59 et 62.

affiche_manif_231010_r.jpg
 

Alors que les pouvoirs publics semblaient avoir pris conscience du peu de connaissances qu’ils avaient des deux-roues motorisés (2RM) et fait le constat que la seule répression n’avait que peu d’effets sur leur accidentalité, la FFMC a accepté de s’asseoir autour de la table pour discuter, sans tabous, de tous les sujets qui préoccupent les motards depuis 30 ans : accidents, infrastructures, équipements, formation, etc.

Un an et demi plus tard, force est de constater que cette grande concertation (1) lancée par la Direction de la Sécurité et de la Circulation Routières (DSCR) déçoit. Malgré des dizaines de réunions et des mois de discussions approfondies, aucune avancée significative n’est à mettre au crédit du gouvernement qui continue de stigmatiser les motards, intensifie les campagnes de répression et annonce, sans discussion préalable, l’instauration d’un contrôle technique pour les cyclomoteurs au 1er janvier 2011.

Une concertation qui déçoit

Depuis le lancement de la grande concertation nationale sur le 2RM en juin 2009, la FFMC s’est employée à faire entendre une autre voix que celle du tout répressif pour réduire la sinistralité routière, en pointant notamment les besoins de formation, de prévention et de communication pour tous les conducteurs. Rappelant, sur la base des conclusions du rapport MAIDS (Motorcycle Accident In Depth Study - http://www.maids-study.eu), que les motards sont avant tout victimes d’accidents provoqués par d’autres, la FFMC a démontré qu’il était temps de mettre fin au fantasme du motard-voyou circulant à vitesse excessive et qu’une autre politique de sécurité routière est possible. Si l’expertise de la FFMC a éveillé l’intérêt des représentants d’organismes publics et leur a fait prendre conscience des spécificités du 2RM, le bilan de la concertation est décevant. Les quelques décisions prises n’ont fait qu’acter des projets déjà en cours et aucune solution concrète n’a été apportée pour améliorer le sort des usagers de 2RM. 

Une répression qui s’intensifie

Traque de la circulation entre les files, verbalisations abusives, campagne de répression ciblée… Le pouvoir en place applique la « tolérance zéro ». Le message est clair : dissuader les citoyens de circuler en 2RM. Décrétée par des technocrates ignorant tout de la conduite d’un 2RM, la politique mise en œuvre s’apparente à :

zéro accidents = zéro motards !

Règne alors chez les motards un profond sentiment d’injustice, exacerbé par un accès toujours plus restreint aux juges. Mais ce n’est pas en cassant le thermomètre qu’on fait tomber la fièvre ! La verbalisation de la circulation inter-files illustre parfaitement la façon dont sont traités les usagers du 2RM aujourd’hui : alors que, dans le cadre de la concertation, Madame Merli semble favorable à une expérimentation, les conducteurs sont lourdement sanctionnés, généralement par 3 PV : « dépassement par la droite », vitesse « estimée » excessive et « non respect des distances de sécurité ». Les informations ont visiblement du mal à circuler entre le ministère des transports et celui de l’intérieur, comme le confirment les récents propos de Brice Hortefeux, venus jeter un peu plus d’huile sur le feu…

Un gouvernement qui provoque

Cet été, le ministre de l’intérieur n’a pas oublié les motards dans ses envolées sécuritaires, n’hésitant pas à utiliser de façon simpliste les statistiques des accidents de circulation pour exhorter les préfets à diligenter des contrôles « ciblés » sur cette catégorie d’usagers. Faisant le constat qu’un tiers des tués comptabilisés en juillet étaient des usagers de 2RM, le ministre de l’Intérieur a immédiatement appelé à une intensification de la répression, sans même avoir analysé les circonstances réelles de ces drames, laissant ainsi croire à l’opinion publique que les victimes n’avaient systématiquement pas respecté les règles du code de la route.

C’est donc pour expliquer à Monsieur Hortefeux les spécificités de l’accidentalité motarde que la FFMC lui a demandé audience, sans succès. Il semble en effet que le ministre de l’Intérieur dispose de moins de temps pour rencontrer des usagers que pour déblatérer sur eux aux barrières de péage.

L’annonce la plus scandaleuse revient toutefois au Premier Ministre qui a promis, lors du CISR (Comité Interministériel de la Sécurité Routière) du 18 février 2010, l’instauration d’un contrôle technique pour les cyclomoteurs à compter du 1er janvier 2011. Cette fois, c’est carrément le chef du Gouvernement qui est allé à contre-courant de la politique promise par le ministère des transports selon laquelle plus aucune décision impactant les 2RM ne serait actée sans que les associations d’usagers aient été consultées. Or, ni le contrôle technique des cyclomoteurs, ni celui des motocyclettes n’a été discuté au sein de la concertation et encore moins reçu l’aval des participants ou fait l’objet d’un consensus auprès d’eux. Tout au mieux, le rapport d’étape (2) indique-t-il qu’il faudra discuter avec les intéressés de la pertinence de la mise en place d’un tel contrôle et de ses modalités d’application. De là à passer en force… Sur le fond, la mesure suscite également la colère, en plus de l’indignation. Comment croire que le gouvernement a réellement à cœur de baisser l’accidentalité des 2RM alors que les mesures qu’il décide règleraient moins de 0,7 % des accidents ? Qu’est-il prévu pour résoudre les 99,3 % restants ?

Face à un tel mépris, la FFMC ne peut rester plus longtemps sans réagir.

Après un premier mouvement de contestation le 13 mars, suivi d’un appel au rassemblement le 18 juin, la FFMC continue de résister et lance une nouvelle mobilisation dans les principales villes de France le 23 octobre prochain. Pas de gentilles balades en ville, des centres villes bloqués, des actions coup de poing à la mesure de notre frustration et de notre colère.

Et suite à la déclaration du ministre de l’Intérieur de vouloir intensifier des contrôles systématiques et « ciblés » en direction des conducteurs de deux-roues motorisés, la FFMC lui a adressé un courrier le 10 septembre 2010 en vue d’une rencontre. Sa seule réponse a été de nous envoyer l'armée ! (lire notre communiqué de presse du 5 octobre 2010 ICI)

La FFMC80 donne rendez-vous aux motard(e)s et autres usagers de 2 roues motorisés le samedi 23 octobre sur l’Esplanade de la Hotoie à 11h00 pour un départ en cortège vers Paris afin d’y rejoindre les autres départements d’une grande moitié nord de la France et d’Ile-de-France. Prévoyez de prendre votre déjeuner avant le départ ou de l’emmener ainsi que le plein de votre réservoir.

(1) Blog de la concertation – (à consulter ICI)

(2) Rapport d’étape de la concertation sur la sécurité des 2RM - (à consulter ICI)


Date de création : 25/10/2010 • 21:32
Dernière modification : 25/10/2010 • 21:32
Catégorie : Editos

Imprimer l'article Imprimer l'article


La presse moto du mois

juin 2016
N° 328

Moto Magazine N°328

cliquez sur la couverture pour accéder au site MotoMag


 


Moto News n° 65

MotoNews_65.jpg 


disponible gratuitement au bureau

Le calendrier 2016 des Motos Clubs

Calendrier2016_K1C.jpg

Cliquez sur l'image pour télécharger ou disponible au bureau
["Le Site de Kiqincoup Tetoupal"]

Flux RSS
Label "accueil motards"
Archives
^ Haut ^