Qui sommes nous ?
Documents et formulaires
Infos, communiqués
et brèves
Infrastructures
ERJ
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
177 Abonnés
Réseaux sociaux
Infos Webmestre
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Publication
Responsable de publication :
Philippe Leduncq
coordinateur de la FFMC80




Rédacteur


Nombre de membres0 rédacteur
Rédacteur en ligne : 0
Statistiques et Analyses - Bilan et analyse 2010 dans la Somme
Bilan de la Sécurité Routière en 2010 dans la Somme

Dans le département de la Somme, le nombre d'accident a baissé de 12 % avec 86 de moins que l'année précédente et celui des blessés de 9,3 % avec 82 de moins. Ce qui apparaît comme les nombres les plus faibles jamais enregistrés sur les routes du département. Le nombre de décès lors d’un accident baisse aussi, mais de façon beaucoup moins significative avec -1,92 % entre 2009 et 2010, passant de 52 à 51 personnes. Proportionnellement aux résultats nationaux (3994 tués en 2010 contre 4273 en 2009) et rapporté à la démographie du département, c'est encore 1 tiers de vies épargnées en moins dans la Somme. Mais compter et rapporter ne sert à rien sans une fine analyse des causes et des circonstances des accidents.

La vitesse excessive serait encore la seconde cause d'accident mortel derrière l'alcool et devant le refus de priorité, quand plusieurs de ces éléments ne sont pas combinés

panneau_vitesse30.jpgpanneau_vitesse50.jpgpanneau_vitesse90.jpgpanneau_vitesse130_110.jpg

Certes, c'est physiquement imparable: plus on roule vite, plus la distance d'arrêt augmente et quelques centimètres de moins sur un freinage peuvent sauver une vie. La véritable question est « quand la vitesse devient excessive et par rapport à quoi ? ». A un panneau ? A un code plus ou moins arbitraire ? On peut être en « grand excès de vitesse » à 20 km/h sous la limitation si les circonstances et les conditions sont défavorables, ou en « sécurité » à 20 km/h au-dessus quand elles s’y prêtent et le véhicule aussi. Les cyclomoteurs, dont les usagers représentent la moitié des tués à 2 roues dans la Somme en 2010, seraient bien plus en sécurité s’ils pouvaient officiellement rouler à 60 km/h plutôt qu’à 45. Parce qu'une vitesse égale ou légèrement supérieure au flot du trafic en ville, et plus efficace pour les déplacements ruraux, semble décidément beaucoup plus cohérente. A condition naturellement que cela s’accompagne d’un comportement citoyen et raisonnable en plus d'équipements de protection appropriés : au minimum un casque correctement porté et attaché, un jean et des gants.

panneau_alcool_interdit.jpgLa conduite sous l'emprise d'un état alcoolique, malgré une prise de conscience du risque d'accident qu'elle représente chez un nombre de plus en plus important d'individus, est encore malheureusement trop souvent répandue, notamment le vendredi soir, le samedi soir et le dimanche midi.

Quant au refus de priorité, sauf mépris manifeste des règles parfois additionné d'une vision et de réflexes altérés (alcool, drogues, médicaments, pathologies...), il est souvent du à un défaut de contrôle (regarder à gauche, regarder à droite et regarder encore une fois à gauche avant de panneau_telephone_dangereux.jpgs'engager si la voie est libre et en tournant bien la tête pour regarder avec les deux yeux) et/ou un défaut de perception du 2 roues motorisé parce que l'automobiliste déduit parfois hâtivement que ce qui est plus petit que lui est encore loin. L'attention détournée par le téléphone ou le GPS sont aussi à l'origine de nombreux accidents.

Les 2 roues

Si les conducteurs et passagers de 2 roues sont encore montrés du doigt avec 12 tués en 2010, soit 23,5 % des décès, une différenciation est quand même faite entre les cyclistes avec 2 tués, les cyclos et scooters avec 6 tués et les motos avec 4 tués. Un bilan auquel il faut ajouter un conducteur de quad qui n'est ni tout à fait un 2 ou 3 roues, ni tout à fait une voiture.

Forte hausse du parc circulant

Ce trop faible progrès d'une année sur l'autre est à déplorer mais doit être atténué par l'augmentation du parc de 2RM en circulation qui ne fait pas défaut à notre département. Des nouveaux usagers dont les motivations varient et se croisent parfois : passion, budget, sensation de liberté dans les déplacements, circulation et stationnement plus aisé qu'en voiture, indépendance par rapport aux transports en commun... Par ailleurs, près de 70 % des accidents auto-moto ne relèvent pas de la responsabilité des conducteurs de 2 roues motorisés, mais de celle de l’automobiliste (selon les statistiques de la Mutuelle des Motards).

Opération prévention

A la Préfecture de la Somme, certains semblent l’avoir en partie compris et plusieurs actions de prévention sur la sécurité des conducteurs et passagers de 2 roues motorisés seront menées au cours de l'année 2011. Ces actions cibleront notamment les moins de 25 ans qui représentent 30 % de la population de la Somme et sont toujours surreprésentés parmi les blessés, les motards qui viennent de passer leur permis, les salariés qui se rendent à leur travail en 2 roues motorisé et/ou qui l'utilisent dans le cadre de leurs fonctions. Et la FFMC sait aussi reconnaître les aspects positifs d'une action, d'autant plus quand elle l'a impulsée.

« Petits mots »

petitsmots_guidon.jpgCette opération initiée lors de la semaine de la sécurité routière 2010 n'avait pu être petitsmots_volant.jpgmise en place dans la Somme et, comme elle est intemporelle, elle sera donc en séances de rattrapage en 2011. Elle met l’accent sur la dimension humaine de la conduite, et prône le partage de la route entre les différentes catégories de véhicules. Le calendrier des opérations vous sera communiqué au fur-et-à-mesure.


L’État sermonne

Le gouvernement, lui, ne démord pas de sa politique essentiellement répressive. Le préfet de la Somme a donc demandé aux forces de police et de gendarmerie d'augmenter encore le nombre de contrôles en 2011  sur les routes du département pour obtenir de nouveaux progrès dans la lutte contre l'insécurité routière et faire baisser le nombre de victimes. Une équation difficile à résoudre quand effectifs et moyens sont en diminution, selon les forces de l'ordre elles-mêmes. Ce qui laisse entrevoir un accroissement des contrôles automatisés et donc sans discernement. Si au moins ils s'opéraient systématiquement en entrée d'agglomérations plutôt qu'en piégeant des usagers à 55 km/h juste avant le panneau de sortie quand il n'y a bien souvent déjà plus d'habitations, comme chacun peut le constater lors de ses déplacements quotidiens. Une partie du problème semble aussi résider dans le fait que la plupart des décideurs passent la majeure partie de leur temps de déplacement routier sur les voies d'Ile-de-France en voiture officielle escortée. Là où la densité de population et les rythmes de vie laissent trop souvent moins de place aux notions de courtoisie et de partage que dans la plupart des départements de province à dominante rurale. Il en résulte une perception décalée qui semble pourtant inspirer la politique nationale de sécurité routière.

Rappels :

En moyenne, la baisse de la sinistralité routière s'est amorcée sans discontinuer depuis 1972 et c'est aussi grâce au travail de prévention des associations d'usagers comme la FFMC, à l'amélioration constante de la sécurité active et passive des véhicules ainsi qu'à l'amélioration des infrastructures même s'il reste encore beaucoup à faire dans ce domaine quant à la prise en compte des 2 roues motorisés.

2010 a été caractérisée par presque 3 mois où la circulation a été fortement réduite à cause des conditions météo difficiles (particulièrement pour les 2RM, même si les motards hivernaux ne sont pas les plus impactés par la sinistralité routière) en janvier et en décembre et des grèves des raffineries en octobre.

La FFMC salue évidemment l'amélioration des résultats, tout en demeurant partagée et vigilante sur les méthodes employées pour y parvenir et pour en parler.


Plus de détails en cliquant sur ce logo logo_pref_somme.jpg

Date de création : 09/02/2011 • 09:08
Dernière modification : 09/02/2011 • 09:13
Catégorie : Statistiques et Analyses

Imprimer l'article Imprimer l'article


La presse moto du mois

juin 2016
N° 328

Moto Magazine N°328

cliquez sur la couverture pour accéder au site MotoMag


 


Moto News n° 65

MotoNews_65.jpg 


disponible gratuitement au bureau

Le calendrier 2016 des Motos Clubs

Calendrier2016_K1C.jpg

Cliquez sur l'image pour télécharger ou disponible au bureau
["Le Site de Kiqincoup Tetoupal"]

Flux RSS
Label "accueil motards"
Archives
^ Haut ^